· Histoire d'un style

Le style Art Nouveau apparait en 1890 et se transformera vite en Art Déco. Qu’entend-on par Art Nouveau ? Il s’agit d’un style, d’un mouvement contestataire de l’ordre établi, aspirant à une esthétique totalement nouvelle dont le but est de réaliser l’unité de l’art et de la vie. En ce sens, il est un art total que l’on retrouve en architecture, dans le mobilier, les tapisseries, la ferronnerie…

C’est en 1894 dans la revue belge L’Art Moderne que l’expression Art Nouveau est utilisée pour la première fois par Edmond Picard pour qualifier la production artistique d’Henry van de Velde. Ce nom a été inventé par van de Velde avec Victor Horta, Paul Hankar et Gustave Serrurier-Bovy

L’art nouveau utilise un répertoire floral qui privilégie, aux roses et aux marguerites traditionnelles, orchidées, iris, lys, pavots, nénuphars clématites, glycine… Les lignes souples forment des arabesques, ce qui lui vaut le surnom péjoratif de « style nouille ».

En effet, le style Art Nouveau ne fait pas l’unanimité. La vieille aristocratie se décore avec les meubles de famille, la bourgeoisie tente de l’imiter. Le renouveau vient des architectes qui décorent des appartement entièrement en style Art Nouveau. La jeunesse s’empare du mouvement dans une volonté d’abolir les règles établies par une société trop codifiée. L’Art Nouveau heurte les bonnes moeurs et les convenances par l’érotisme et la sensualité évoquées par les formes sinueuses et les représentations fréquentes de femmes. L’Art Nouveau apparait également en réaction à une industrialisation pensée trop rationnellement en ce début d’ère industrielle.

Le bois est le matériau par excellence. Massif ou en marqueterie, les essences précieuses comme l’acajou, le sycomore, l’érable, le citronnier, la palissandre mais également le chêne et le noyer façonne les meubles de style Art Nouveau. Les ébénistes, portés par ce renouveau, inventent de nouveaux meubles comme les sellettes et les tables gigognes. Le bronze vient ponctuer les meubles, en ornement.

Les caractéristiques de l'Art Nouveau

Le style Art Nouveau est un renouveau esthétique mais n’est pas porté par une révolution technique. Scies à ruban, ponceuses, raboteuses, mortaiseuses, gouge bédane, les outils restent les mêmes. Seule la pyrogravure dans la marqueterie fait son apparition. La pyrogravure est une technique par laquelle l’ébéniste, à l’aide d’un fer à pyrograver ou d’un outil chauffé au rouge, dessine sur le bois.

On voit naitre de nouvelles formes comme le motif en ombelles, le dossier double palmette étirée, le pied en coup de fouet, le guéridon trilobé et le pied de table en équerre.

Le développement du voyage inspire le mouvement et favorise son expansion. Samuel Bing et Charles Rennie Mackintosh s’inspirent du Japon. La rencontre de Bing avec le verrier new-yorkais Louis-Confort Tiffany sera déterminante. Des liens se créent entre Glasgow et Vienne. Les moyens de communication comme les revues d’art illustrées participent également à l’expansion du mouvement.

L'Art Nouveau en France

L'École de Paris

Siegfried Bing intronise le nom Art Nouveau en France en nommant sa galerie d’art de la rue de Provence à Paris Maison de l’Art Nouveau. Il y présente les grands représentants du mouvement comme van de Velde, Munch Rodin, Tiffany ou Toulouse Lautrec.

Hector Guimard, connu pour ses bouches de métro parisiennes réalisées en 1900 est un acteur du mouvement qui impose son propre style : le style Guimard.

Contrairement à l’école de Nancy, les inspirations naturelles apparaissent de manière marginale dans l’Art nouveau parisien, plus léger et austère.

Paire de chaises, Hector Guimard, ca 1900-1910 (Photo : Sotheby’s)

École de Nancy

L’école de Nancy est créée par Émile Gallé, Daum Frères, Jacques Grüber et d’autres. L’Art Nouveau à Nancy a une influence baroque et met l’accent sur les motifs et représentations végétales. Émile Gallé, connu pour ces vases en verre appréciés de la bourgeoisie, aime orner les éléments structurels de ces créations par des représentations florales. Louis Majorelle (1852-1926) est également un des représentants de l’École de Nancy.

On retrouve à Nancy, des références fréquentes et explicite au répertoire floral qui caractérise le mouvement.

Lampe de table en bronze patiné et verre orangé, Émile Gallé et Louis Majorelle. (Photo : Drouot)

Modern Style – Arts & Crafts : Royaume-Uni

En Grande Bretagne, l’Art Nouveau prend le nom de Modern Style. Le mouvement est porté par Charles Rennie Mackintosh, qui a construit la Glasgow School of Art, et par Aubrey Beardsley en Angleterre.

Charles Rennie Mackinstosh, 1904

Sécession Viennoise

La sécession viennoise est un courant artistique global que l’on associe aujourd’hui à l’Art Nouveau. En 1897, l’association des artistes plasticiens d’Autriche se réunit pour créer un art total et nouveau, fédérer des forces créatrices et favoriser les échanges d’idées sur le plan international. Josef Olbrich, Josef Hoffmann et Gustav Klimt fédèrent un groupe d’architectes et de plasticiens sous le nom de Secessionsstil.

« Sitzmaschine », Josef Hoffman, 1908 (Source : 1st Dibs)

Le groupe se cristallise autour de la revue mensuelle lancée en 1898 Ver sacrum, qui, comme l’indique son sous-titre est l’« organe officiel de ce groupe d’artistes autrichiens ». Le critique littéraire Hermann Bahr y définit les objectifs du mouvement :

« Notre art n’est pas un combat des artistes modernes contre les anciens, mais la promotion des arts contre les colporteurs qui se font passer pour des artistes et qui ont un intérêt commercial à ne pas laisser l’art s’épanouir. Le commerce ou l’art, tel est l’enjeu de notre Sécession. Il ne s’agit pas d’un débat esthétique, mais d’une confrontation entre deux états d’esprit. »

Stile Liberty : Italie

En Italie, l’Art Nouveau apparait d’abord sous le nom de Floreale avant d’adopter le nom de Stile Liberty. Les créations Art Nouveau se développent essentiellement à Milan et Turin mais on en retrouve également à Bologne, à Florence et en Sicile. À Naples, l’apparition du Stile Liberty coïncide avec le lancement de projets de réhabilitation urbaines comme le Risanamento, Vomero et Mergellina. Les architectures Liberty sont connues à Naples sous le nom de Liberty napoletano.

On compte notamment parmi les noms italiens : Raimondo D’Aronco, Giovanni Michelazzi, Giuseppe Sommaruga, Giovanni Beltrano, Ernesto Basile, Giuseppe Velati Bellini, Giuseppe Brega, Carlo Bugatti, Galileo Chini, Pietro Fenoglio, Giovanni Battista Bossi et Antonio Vandone.

Style Sapin en Suisse

Le style Sapin se développe en Suisse à, La Chaux-de-Fonds, une des rares villes en Suisse à s’être laissé séduire par l’Art nouveau, sous l’influence de Charles L’Eplattenier. L’Eplattenier met en place des cours supérieur d’art et de décoration qui formeront le vivier créatif du développement du style Sapin.

Il se distingue du style français en préférant aux traditionnels « coups de fouet » chers à Guimard, des formes inspirées par l’environnement jurassien : sapins, marronniers, vigne, gentianes…

Modernisme Catalan

Le modernisme catalan se développe entre 1880 et 1930, principalement dans l’architecture et les Arts Décoratifs. Pour la première exposition universelle de Barcelone en 1888, de nombreuses architectures ont été construites dans le style Art Nouveau dont l’arc de Triomphe de Barcelone et le Château des trois dragons.

Antoni Gaudi, ca 1902 (Source : Met Museum)

Jugendstil en Allemagne

Le terme « jugendstil » vient de la revue munichoise d’avant-garde « jugen » (jeunesse) créée en 1896. Ce terme est également employé aux Pays-Bas, en Scandinavie et dans les pays baltes. On peut considérer que l’Art Nouveau commence en Allemagne en 1897 avec l’Exposition industrielle et commerciale de Saxe et de Thuringe. Les liens sont étroits avec Vienne et on y retrouve l’esprit viennois. Certains personnalités émergent comme l’architecte Paul Möbius (1866-1907) et l’artiste Max Klinger. Le mouvement est un peu plus long à s’installer en Allemagne qu’à Paris, Vienne ou Barcelone mais les échanges et les expositions internationale favorisent ce développement.

Le style Art Nouveau triomphe à l’Exposition universelle de Paris en 1900. Ce vif succès en fait un effet de mode et terni son image. Le style Art Nouveau est vite remplacé par l’Art Déco.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly